Sobi-France-Specialty-Care

Amylose héréditaire liée à la transthyrétine (ATTR)

Amylose héréditaire liée à la transthyrétine (ATTR)

L’amylose liée à la transthyrétine est une maladie génétique rare pouvant être fatale. Elle se manifeste principalement par des atteintes du système nerveux périphérique (sensoriel et moteur), neuropathies autonomes, atteintes gastro-intestinales, cardiopathies, néphropathies et dépôts ophtalmiques.

Il existe deux principaux types d’ATTR :

  • L’ATTR héréditaire touche de nombreux organes et systèmes de l’organisme (cœur, système nerveux, tractus gastro-intestinal et rein).
  • L’ATTR « sauvage » qui affecte principalement le cœur.

La prévalence moyenne mondiale est estimée à 1/1 000 000 avec environ 500 patients en France.

L’ATTR est caractérisée par un dépôt extracellulaire de substance amyloïde dans les tissus et organes.

La substance amyloïde est composée de fibrilles de transthyrétines (TTR). Cette protéine, principalement produite par le foie, est responsable du transport de la thyroxine de la vitamine A.

Dans un contexte physiologique normal, la TTR est sous forme tétramérique.

Les mutations du gène TTR sont à l’origine de modifications entraînant des interactions affaiblies entre les différentes sous-unités de la protéine :

  • En présence de mutations, les monomères se dissocient et leur structure est caractérisée par un mauvais repliement entraînant ainsi la formation d’agrégats.
  • Ces protéines mal repliées vont ainsi s’accumuler et former des fibrilles qui se déposeront dans les tissus et les organes.

Cette maladie génétique a un mode de transmission autosomique dominant. Il existe environ 120 mutations identifiées du gène TTR. L’ATTRh est due à une mutation ponctuelle du gène TTR ; il s’agit d’une substitution d’un acide aminé. La majorité de ces mutations sont amyloïdogéniques induisant ainsi l’instabilité des tétramères composant la TTR.

La majorité des mutations touchent plusieurs organes et il existe une importante hétérogénéité au sein des manifestations cliniques de la maladie mais des spécificités phénotypiques existent (neuropathies et cardiomyopathies).

 

(1) PNDS neuropathies amyloïdes familiales
(2) Teresa Coelho, Mathew S. Maurer & Ole B. Suhr (2013) THAOS – The Transthyretin Amyloidosis Outcomes Survey: initial report on clinical manifestations in patients with hereditary and wild-type transthyretin amyloidosis, Current Medical Research and Opinion, 29:1,63-76, DOI: 10.1185/03007995.2012.754348.
(3) Ando et al. Orphanet Journal of Rare Diseases 2013, 8:31.
(4) Philip N. Hawkins, Yukio Ando, Angela Dispenzeri, Alejandra Gonzalez-Duarte, David Adams & Ole B. Suhr (2015) Evolving landscape in the management of transthyretin amyloidosis, Annals of Medicine, 47:8, 625-638, DOI: 10.3109/07853890.2015.1068949
(5) Dr JULIEN VIONNET, Pr MANUEL PASCUAL, Pr THIERRY KUNTZER, Dr PATRICK YERLY et Pr DARIUS MORADPOUR Rev Med Suisse 2016 ; 12 : 1434-40.
(6) Parman Y, Adams D et al. Sixty years of transthyretin familial amyloid polyneuropathy (TTR FAP) in Europe: where are we now? A European network approach to defining the epidemiology and management patterns for TTR-FAP. Current Opinion 2016; 29: S3-S13.
(7) Saraiva MJ. Transthyretin amyloidosis: a tale of weak interactions. FEBS Lett. 2001;498:201-3.
(8) Liz MA, et al. Aboard Transthyretin: From Transport to Cleavage. IUBMB Life. 2010;62(6):429-35.
(9) Leung N, Nasr SH, Sethi S. How I treat amyloidosis: the importance of accurate diagnosis an amyloid typing. Blood. 2012;120(16):3206-13.
(10) Rowczenio DM, et al. Online Registry for Mutations in Hereditary Amyloidosis Including Nomenclature Recommendations. Hum Mutat. 2014;35(9):E2403-12.
(11) Hou X, Aguilar MI, Small DH. Transthyretin and familial amyloidotic polyneuropathy. FEBS J. 2007 ; 274(7): 1637-50.
(12) Connors LH, et al. Tabulation of human transthyretin (TTR) variants, 2003. Amyloid. 2003;10(3):160-84.
(13) Lachmann HJ, et al. Misdiagnosis of hereditary amyloidosis as al (primary) amyloidosis. N Engl J Med.2002;346(23):1786-91.

 

NP-15659 - Août 2021